Combien d'éoliennes pour alimenter la France ?

nombre d'éoliennes nécessaire pour remplacer les centrales nucléaires et alimenter la France en électricité
Il y a quelques jours, le site Connaissance des énergies (excellent par ailleurs) a publié une note intitulée : "Combien faudrait-il d’éoliennes pour satisfaire la consommation électrique française". L'auteur arrivait à la conclusion que pour atteindre cet objectif il faudrait couvrir d'éoliennes un superficie comparable à celle de la Bretagne.
Au-delà du risque de manipulation que présente ce calcul (il est évidemment impossible d'alimenter un pays uniquement grâce à l'énergie éolienne, cela ne veut dire ni que cette énergie est sans intérêt, ni qu'il n'y a aucune alternative au mix actuel dominé par le nucléaire), le résultat avancé est contestable. Reprenons le calcul...


L'erreur est de baser le calcul sur la production française d'électricité à laquelle on a simplement soustrait les exportations : 478.2TWh. Ce chiffre est assez éloigné de la consommation réelle de notre pays parce qu'il comptabilise l'ensemble de l'énergie produite par les centrales nucléaires. Or près des 2/3 de cette énergie est perdue avant même d'être transformée en électricité.
Pour éviter ce biais statistique, il faut utiliser non pas la production d'électricité mais la consommation finale : 38.01MTep en 2010 (source) soit 349.0TWh. En ajoutant à ce chiffre 8% de pertes en ligne, qui elles ne disparaîtront pas avec l'usage de l'éolien, on arrive à 376.9TWh. On a quand même gagné 20%. On va peut-être pouvoir épargner le Finistère !

De plus, pour que cet exercice ait un sens, il aurait fallu retirer l'électricité consommée par des installation destinées exclusivement à entretenir la production nucléaire : le centre de retraitement de La Hague, l'usine d'enrichissement d'uranium du Tricastin... Et ce n'est pas négligeable : avant un changement de technologie, opéré il y a moins d'une semaine, l'usine du Tricastin engloutissait à elle seule presque 5% de l'électricité consommée en France. Mais laissons ça de coté pour l'instant.

Déroulons le reste du calcul. Une éolienne de 2 MW avec un facteur de charge de 23% (valeurs réalistes pour une éolienne terrestre) produit effectivement 4030MWh par an.
Il faudra donc un peu plus de 93 500 éolienne pour couvrir l'ensemble des besoins, ce qui à raison de 24 hectare par éolienne fait 2 240 000 hectares ou encore 22 400km² soit un peu moins que la superficie de la Lorraine.

Ce chiffre peut paraître énorme : c'est normal, encore une fois personne n'envisage d'alimenter la France uniquement grâce à des éoliennes. Notons cependant qu'il n'est pas totalement disproportionné : en quelques années, la Chine a installé presque 17000 éoliennes sur son territoire, et si 90 000 éoliennes de 2MW correspondent à 30 fois le parc français actuel, ce n'est jamais que 6 fois le parc allemand (source).

Vous avez encore des questions ? Quelque chose n'est pas clair ? Dites le dans les commentaires et faites progresser cet article.

18 commentaires :

  1. 1 -L'argument sur les 2/3 d'électricité perdue dans la production des centrales nucléaires n'est pas compréhensible
    2- Pour calculer la surface au sol d'un champ d'éoliennes, il faut tenir compte de certaines règles d'espacement.

    RépondreSupprimer
  2. Cédric PHILIBERT5 avril 2014 à 16:44

    Euh... non, les TWh produits en France sont bien de l'électricité! La production thermique des centrales nucléaires est bien trois fois plus importante que leur production d'électricité, mais on ne l'exprime pas en TWh mais en exajoules ou Mtep d'énergie primaire. Corrigée des variations climatiques, la consommation française en 2013 a été de 476 TWh, pertes incluses. Ce qui par contre ne tient pas la route dans ces calculs, c'est le "24 hectares par éolienne". Comme si une éolienne occupait effectivement un tel espace, le stérilisant pour tout autre usage, ce qui n'est absolument pas le cas.

    RépondreSupprimer
  3. Lorsque l'on parle de production d'électricité en TWh, c'est bien de l'électricité elle-même dont il s'agit, ce qui est envoyé sur les lignes électriques à la sortie d'une centrale, d'une éolienne ou d'un système photovoltaïque.

    Pour ce qui est du nombre d'éoliennes et de la surface concernée, lire cette étude précise :

    http://energeia.voila.net/renouv/eolien_solaire_surface.htm

    Et vous avez le solaire en plus de l'éolien.

    Avec les deux, on arrive à couvrir 90% de la consommation d'électricité en France, en hiver comme en été, avec des surplus disponibles pour des échanges avec d'autres pays.

    RépondreSupprimer
  4. bonjour , je n'y connait rien en energie cependant suite au visionnage de ( http://www.yelomart.fr/chalet-autonome-en-energie-dans-les-alpes/ ) il me semble qu'une eolienne pour toute la france pourrait suffire ! en branchant en serie les habitations et en fournissant des moteurs surnuméraires à chacun.

    RépondreSupprimer
  5. Il faudrait exactement 150.000 machines pour produire toute l'électricité du Pays avec en plus une puissance thermique équivalente en backup vu que le vent ou le soleil ne sont disponibles que 20% du temps en moyenne. Donc, si tu veux bien enfumer tes narines avec du CO2, mets des moulins à vent !.. Il faut savoir aussi que :
    Les éoliennes sont installées pour le profit d'une poignée d'individus à qui on paye le jus 3 fois plus cher que le prix de gros. Une énergie qui brasse du vent comme les écolos et qui ne produit que 3% avec comme seul intérêt celui de bousiller les paysages dans toute la France. A quoi ça sert puisque on vend 15% de la production d'électricité à l'étranger et à perte ? Au niveau de l'état et dans les administrations il y a des prédateurs influents qui font voter des lois pour servir leurs intérêts personnels. On nous met alors des engins de 150 mètres sur la gueule pour le pognon que ces mecs ramassent sur le dos des "cochons de consommateurs", tenus d'acheter le jus qui sera forcément bradé à perte à des pays voisins. Tout l'argent volé aux ménages fait la fortune de quelques maffieux pour
    qui le système a été institué. Si nos politiques n'étaient pas aussi pourris l'argent refourgué à l'éolien ( tarif d'achat garanti, primes, subventions Europe, exonérations d'impôts...) servirait utilement pour soutenir les entreprises, créer des emplois dans l'isolation des bâtiments. On se demande comment les gens peuvent avaler toutes ces conneries sur l'éolien, du genre : énergie miracle, stop au réchauffement climatique, créer des emplois locaux ...
    Les Français ont besoin de s'informer car combien sont pris pour des courges !... Il faut dire que la propagande fonctionne bien pour faire prendre la nuit pour le jour !...
    Jancovicci, ingénieur Climat à la maison Hulot, a montré depuis longtemps qu'on ne réduira pas le CO2 avec des moulins à vent qui marchent 1 jour sur cinq et qui ne servent qu'aux pics de consommation, et encore quand il ne faut pas le thermique derrière les moments sans vent ou sans soleil ...
    J-M. Jancovicci, de la Maison Hulot, a averti grave que la France allait au casse-pipe à court terme. Mais en haut-lieu, on le sait et on s'en fout. Tant qu'il y a du pognon à ramasser sur le dos des cochons, pourvu que ça dure !...
    Eh les pro-éoliens, vous prenez l'apéro avec les maffieux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Le calcul effectué dans l'article est basé sur la production réelle des éoliennes et tient donc compte de leur disponibilité. L'équilibrage du réseau n'est pas nécessairement basé sur des centrales thermiques : les barrages hydroélectriques ou les mécanismes de capacité peuvent, par exemple, résoudre le problème sans émissions de gaz à effet de serre.
      En bref, un mix électrique comprenant une part importante d'éolien n'est pas fondamentalement plus difficile ou plus polluant à gérer qu'un parc de vieilles centrales nucléaires.

      Quant au bénéficiaires des investissements, c'est vrai qu'en France, vieux pays colbertiste, on aime les grands projets qui favorisent les grosses entreprises mais n'est pas une fatalité : l'exemple Allemand montre que l'éolien peut se développer sur d'autres modèles notamment coopératifs. C'est justement une caractéristiques des énergies renouvelables que de pouvoir se développer autrement que "pour le profit d'une poignée d'individus" : des éoliennes, une installation solaire ou un petit barrage peuvent être des projets d'initiative locale financés par des coopératives, pas une centrale thermique ou nucléaire. Vous qui voyez un système mafieux derrière l'éolien, je n'ose même pas imaginer ce que vous pensez d'Areva ou de Total...

      Supprimer
    2. On n'est pas chez les bisounours, il faut regarder internet monsieur...on humilie les riverains pour pomper du fric pour des compagnies qui souvent ont leurs profits à l'étranger

      Supprimer
  6. On ne calcule jamais ,car on ne sait pas le faire, la valeur affective des paysages . Ceux que le programme éolien ne prend pas en considération, obnubilé qu'il est par la production d'électricité. Electricité dont il faut rappeler qu'elle ne fournit qu'environ 25 % de notre énergie totale . Car, à quelques exceptions notables (Mt St-Michel par ex.) les paysages ne sont pas véritablement protégés . Les études paysagères sont produites par des bureaux payés par le promoteur... Les CDNPS (ex Commissions des sites ) ne sont que consultatives et le préfet décide à sa guise ,ou plutôt sous les injonctions ministérielles .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, il existe des méthodes pour donner une valeur monétaire aux paysages ou à d'autres "actifs environnementaux" (j'en ai parlé ici).

      Elle sont évidemment discutables. La principale objection, à mon avis, est que cette valeur est évaluée dans le présent. Je suis sur, par exemple, que si elles avaient été appliquées dans le passé elles auraient donné des arguments à ceux qui jugeaient absurde de construire une tour de 300m sur le Champs de Mars ou une abbaye sur le Mont Tombe.

      Supprimer
    2. La valeur des paysages est l'objet de toutes les attentions des professionnels du tourisme mais aussi des amateurs de nature .
      On sait parfaitement établir le degré d'incompatibilité des machines dans un site ,encore faut-il lui accorder une importance vitale .
      Enfin ce cher Eiffel n'a jamais affiché la prétention de construire 10000 exemplaires identiques de sa tour dans tout le pays ;

      Supprimer
  7. Calculer le nombre d'éoliennes permettant d'alimenter la France en électricité uniquement avec des éoliennes est un exercice de style sans intérêt
    Le mix énergétique idéal est difficile à trouver d'autant que l'on ne part pas de rien. Définir l'objectif de la substitution avant tout exercice est la garantie d'une méthodologie non biaisée. Que veut t'on comparer?
    Des performances économiques, des surfaces au sol, des emplois créés, des impacts environnementaux, des couts évités ...
    quelle réflexions sur l'utilisation de l'électricité dans le futur, quid de la voiture électrique, du chauffage par effet Joule vs pompe à chaleur, de la production d'hydrogène carburant électrolytique quelle par du PV, de la biomasse ...

    Exercice périlleux dont on peut sortir tout et n'importe quoi!




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime bien le commentaire de AUZINA SUD le 22 mars 2015

      Supprimer
    2. Moi, j'aime pas le commentaire de AUZINA SUD le 22 mars 2015. D'abord, j'aime pas les mots utilisés, le ton, l'agressivité. Tellement Français. Si les pros éoliens sont des écologistes maffieux, prenez votre sac à dos et allez faire un tour au Danemark ou en Suède, 2 pays pas vraiment avec la réputation d'être gouvernés par des maffieux. L'éolien à envahie ces 2 pays 10% de l'énergie électrique en Suède, plus de 50% (!!!) au Danemark pour ... 4% en France (data 2015)... et non, le paysage du Danemark n'est pas bousillé... d'ailleurs j'y passe tous mes étés.

      Supprimer
  8. Bonjour à tous,

    Je me pose la question de savoir pourquoi personne n'a pensé à installer des éoliennes le long de nos autoroutes (comme c'est le cas il me semble dans d'autres pays...).

    Si l'on prend en compte que le réseau français compte environ 10 000km d'autoroutes, à raison d'une éolienne tous les 500m on pourrait déjà en installer 20 000 soit 40GW installés sans nuisance visuelle car l'autoroute, qui est déjà une cicatrice dans le paysage, est déjà là...

    A bon entendeur...

    Aurélien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "sans nuisances visuelles"?
      Ajouter des horreurs(éoliennes) sur des horreurs(autoroute) cela n'embellit rien ni personne , mais enrichit les mêmes!
      ARRÊTEZ LE MASSACRE!

      Supprimer
    2. entre Lille et Dijon il y a de plus en plus d'éoliennes dans les champs sur les bords d'autoroute et je trouve ça beau dans ces paysages plats sans intérêts et pas du tout touristiques, ça remplie le paysage. On s'amuse à les compter pendant un voyage de plusieurs heures ça occupe. Qui ça dérange ? faudra bien fabriquer de l'electricité sans nucléaire un jour. Par contre l'éolien ne suffira pas. 58 réacteurs = 34 000 éoliennes de 5MW . Il en faudra 6 000 rien que pour alimenter les 40 millions de véhicules français.... bref c'est pas pour demain matin mais dans 50 ou 100 ans probablement que le nucléaire aura été remplacé par un mix éolien-solaire-hydraulique-...? A moins d'une guerre nucléaire d'ici là , dans ce cas il y aura plus besoin de grand chose...

      Supprimer
    3. c'est vous qui décidez qu'un paysage n'a pas d'intérêt touristique, notamment pour une personne qui roule sur l'autoroute, l'impact n'est pas le même que pour une personne qui vit sur le territoire. Les personnes qui ne font que passer ne voient qu'une toute petite partie du paysage et ne portent pas d'intérêt à ce paysage puisqu'elles ne s'y arrêtent pas.

      Supprimer
  9. Donc si j'ai bien compris quand on a besoin de beaucoup d'électricité tu tournes le bouton "Marche" du vent..C'est bien ça? ou alors tu gardes quelques centrales atomiques que tu utilises pour créer l'énergie nécessaire pour souffler sur les éoliennes...:-)

    RépondreSupprimer