La crise californienne de l'énergie et l'affaire ENRON

Energie et développement - Crise californienne de l'énergie en 2001La Silicon Valley, Hollywood ou les universités de Standford et Berkeley ont fait connaitre la Californie comme l'une des régions les plus riches et les plus développées au monde. Pourtant, il y a une dizaine d'année cet État connaissait des coupures d'électricité à répétition au point que l'état d'urgence y a été maintenu pendant plus de 2 ans...
Retour sur une crise énergétique méconnue et ses origines.


Fin des années 90 : le marché californien de l'électricité s'ouvre à la concurrence


En 1996, l’électricité californienne était une des plus chères des États-Unis. Pour tenter d'y remédier, l’État de Californie adopte une politique radicale de libéralisation de son industrie électrique, les points essentiels de la réforme étaient les suivants :
  • Mise en place d’un gestionnaire privé du réseau pour coordonner l’action des trois réseaux privés californien mais auquel échappent certains acteurs locaux (régies municipales…),
  • Mise en place d’une bourse ("pool") obligatoire gérée elle aussi par un acteur privé,
  • Introduction de la concurrence, notamment en forçant les plus grand producteurs à céder environ la moitié de leurs capacités (avec des procédures de compensation généreuses),
  • Tarifs inférieurs de 10% à ceux de 1996 et garantis par l’état.
Cette réforme était l'une des première aux États-Unis, elle a donc été suivie avec beaucoup d’attention comme pouvant préfigurer l’avenir du marché de l’électricité.

2000-2001 : la crise de l'énergie californienne


En 1996, la production électrique californienne était excédentaire, mais une forte croissance (+32% entre 1996 et 2001) et l’absence d’investissements (la puissance installée a même diminuée) ont épuisé cet excédent. A cela s’ajoutent des éléments conjoncturels : mauvaise hydraulicité et hausse très importante du prix du gaz. Enfin, certains acteurs du marché ont profité de la libéralisation pour manipuler les prix à leur avantage.

En conséquence le prix de gros de l'électricité explose : en décembre 2000, il atteint 130$/MWh et même 1400$/MWh le 15 décembre, alors que le prix de détail, qui reste réglementé, est d'environ 60$/MWh.Dans ces conditions, les fournisseurs d'électricité sont acculés à la faillite. Une crise financière menace de s'ajouter à la crise énergétique.
A partir de janvier 2001, le gestionnaire du réseau est contraint de pratiquer des délestages tournants et le gouverneur de Californie déclare l’état d’urgence.

Une cause fondamentale : la libéralisation mal maitrisée du marché de l'électricité


Le CERA parle a propos de ces événements de "failure by design", la crise était rendue inévitable par les défauts du système :
  • déséquilibre entre prix de gros (très volatils) et prix de détail (réglementés) qui n’est pas supportable pas les compagnies de distribution, d’autant plus que la consommation protégée par le tarif régulé ne diminue pas avec la flambée des prix,
  • le pool obligatoire interdisait les contrats de long terme qui auraient pu assurer une certaine stabilité,
  • une organisation complexe qui entraine un manque de coordination entre les parties concernées.
Dernier point : la libéralisation a permis à certains acteurs, comme ENRON, de manipuler les prix de l'électricité à leur avantage. Le New York Times parle à ce sujet "d'un hold-up de 30 milliards de dollars en plein jour".
Cette crise a amené la Californie à faire machine arrière : nationalisation du transport par des moyens détournés, régulation des 3 grandes compagnies et réintroduction du marché gré a gré. Mais le système électrique californien a été durablement fragilisé par les sous-investissements, une diversification insuffisante (90% de turbines a gaz) et la situation financière vacillante de certaines entreprises.

On estime que cette crise a couté entre 40 et 45 milliards de dollars.

Chronologie de la crise de l'énergie californienne


1998 avril Ouverture du marché spot de l’énergie
2000 14 juin Délestages à San Francisco (97 000 foyers affectés)
2001 17-18 janvier Black-out (plusieurs centaines de millier de foyers)
17 janvier Déclaration de l’état d’urgence
19-20 mars Black-out (1.5 millions de foyers)
Avril La Pacific Gas & Electric Co. se déclare en faillite
7-8 mai Black-out (167 000 foyers)
Décembre Faillite d’ENRON, retour des prix à la normale
2003 13 novembre Levée de l’état d’urgence

0 commentaires :

Publier un commentaire